Bienvenue sur le site du Bassin versant de l'Oudon

Thématique inondation.

Prévention, Prévision, Protection, et mémoire des crues.

Retour sur les évènements récents

5 au 15 JUIN 2018 : des épisodes orageux à répétition

Des précipitations remarquables sur le bassin de l’Oudon ont conduit à une crue, qui sans être extraordinaire sur une année hydrologique, est néanmoins exceptionnelle pour un mois de juin.

De nombreux dommages ont été enregistrés, souvent par effet de ruissellement, saturation de réseaux d’eau pluviale ou rupture de talus consécutivement à la violence des écoulements.

Dans un contexte agricole où les semis d’été étaient récemment semés (maïs notamment), des coulées de boues formées par le ruissellement ont été observées, encombrant les voies d’écoulements d’eau.

Les secteurs touchés sont divers mais on peut citer des évènements remarquables sur les bassins versants de l’Uzure et de la Mée ainsi que sur la tête de bassin versant de l’Oudon en Mayenne puis sur les secteurs localisés de Segré et de Pouancé avec des pluies intenses remarquables.

 

Des arrêtés de catastrophes naturels ont été émis à la suite de ces épisodes (consulter les arrêtés sur le site catnat.net).

A l’occasion de l’épisode du 11 juin, les sites de surstockage où les animaux d’élevage ont pu être mis en sécurité ont été exceptionnellement activés compte tenu de l’importance du phénomène annoncé.

Les sites de la Pelleterie et du Tertre en Mayenne, récemment aménagés, ont connus leur première mise en eau. Les grands plans d’eau du bassin bien qu’inactivés en raison de la saison estivale, ont permis d’amortir l’onde de crues compte tenu de leur marnage "normal".

Les sites ont été désactivés dès la fin de l’épisode de crue.

Analyse des crues

La DREAL des Pays de la Loire a édité un rapport concernant les observations hydrométéorologiques durant cet épisode de crues sur les tronçons surveillés de l’Oudon, de la Sarthe amont, de l’Huisne et de la Mayenne.

En préambule, l’analyse de ces crues indiquent qu’elles ont été tout à fait inhabituelles :

  • la saison à laquelle surviennent ces crues est très tardive en comparaison de la plupart des crues que connaît le bassin de la Maine ;
  • s’il n’est pas rare de voir des remontées de sud orageuses au printemps ou en été, la succession en a peine 10 jours d’intervalle de 3 épisodes pluvio-orageux d’ampleur sur les mêmes sous-bassins est très inhabituelle ;
  • du fait de la répartition inégale des pluies, à l’exception des bassins de l’Oudon et de la Mayenne, ce sont principalement les têtes de bassin qui ont reçu les précipitations et qui ont réagi brutalement, les ondes de crues ne se propageant ensuite à l’aval qu’avec grand retard et beaucoup de laminage, accentué très certainement par la végétation abondante en cette période de l’année.

Pour en savoir plus :

Mise à jour le: 10/09/2018 - 17:14